Menu
dans

Métro, le cheval peintre qui vend des centaines de toiles !

art-culture - Métro, le cheval peintre qui vend des centaines de toiles !

Un cheval de course à la retraite se lance dans la peinture, aidé par son propriétaire. Le succès de ses créations est tel qu’elles financent les soins coûteux dont il a besoin, en plus de l’entretien de ses congénères.

Il est sans doute le seul de son espèce à savoir se servir d’un pinceau. Metro, ex-cheval de course à la retraite, peint des tableaux qui se vendent comme des petits pains. Cette initiative, au-delà de l’originalité de l’artiste aux sabots, était à l’origine motivée par le désir de lui sauver la vie. En 2009, lorsque le cheval a été adopté par Ron Krajewski – un peintre américain – une blessure grave au genou a été découverte, suffisamment sérieuse pour compromettre son avenir.

Blessure fatale

Son état s’est aggravé en 2012. La rééducation et plusieurs mois de traitement ne suffisent pas à remettre Metro sur pied. Sur une radiographie, le vétérinaire découvre même que son genou est au pire de sa forme, rapporte la BBC. Le diagnostic est établi : il ne reste que deux ans à vivre au cheval avant de devoir être abattu.

Toutefois, Ron Krajewski refuse ce fatum. “Je ne voulais pas le mettre dans la prairie et l’oublier. Je pensais à un moyen pour passer plus de temps ensemble”, a déclaré le propriétaire du cheval, qui vit à Gettysburg, Pennsylvanie, dans le nord-est des États-Unis.

4 tableaux vendus en une semaine !

En fait, le célèbre crack, qui a gagné huit prix et une somme de près de 280 000 euros lors d’une compétition hippique prestigieuse dans la banlieue de New York, n’arrête pas de hocher la tête et d’attraper tout ce qui lui passe par la bouche. Pour Ron Krajewski, c’est l’occasion de faire découvrir la peinture à son cheval.

Je lui ai appris à effleurer la toile avec son nez avec des bonbons, puis à tenir un pinceau. Il aurait pu simplement toucher la toile avec le pinceau, puis la laisser tomber, et c’était la fin de l’histoire. Mais heureusement, il a commencé à donner des coups de pied de haut en bas et à s’amuser.

150 acheteurs sur liste d’attente

Ron Krajewski estime que les créations de son cheval – qu’il aide à la réalisation et au choix des couleurs – sont si réussies qu’elles sont rapidement exposées dans une galerie. Les 4 premiers tableaux sont vendus en une semaine. En 2014, 150 personnes sont déjà sur une liste d’attente pour se procurer les œuvres de Metro.

Un humain ne pourrait pas faire les mêmes coups de pinceau que Metro, parce qu’il ne pense pas à ce qu’il va faire avant de le faire. Ses traits sont épais, aléatoires et parfois cassés, permettant à d’autres couleurs d’apparaître.

Avec la vente des œuvres, il a été possible de financer un traitement de genou et de prolonger considérablement l’espérance de vie de Metro, qui vient de fêter son 14e anniversaire. Il y a aussi un livre à colorier, inspiré de ses créations, et un livre qui retrace son histoire, comme le montre le site qui lui est dédié.

“Il aime la sensation du pinceau sur la toile”

Ron Krajewski a cherché à initier son autre cheval, appelé Pork Chop, aux arts visuels, mais sans succès. Le retraité de l’US Air Force visite ses chevaux cinq fois par semaine, deux de ses visites sont dédiées à des séances de 20 minutes de peinture. On a même installé un atelier près du box. “Metro a un petit espace dans la grange appelé son studio. Tout est prêt pour qu’il puisse faire de la peinture tranquillement.”Ses tableaux, vendus entre 45 et 460 euros, ont déjà récolté plus de 73 000 euros. Une somme versée à une association qui vient en aide aux anciens chevaux de course. Une soixantaine d’entre eux ont été sauvés de l’abattoir grâce aux talents de Metro.

Laissez une réponse

Quitter la version mobile